Carin Klonowski


welcome 2 carineklonowski.net —
artist, researcher @ESACM
@Constallationss and @WMAN
curator @syndicatmagnifique
and publisher @sun7editions
︎ carine.klonowski@gmail.com
︎ @c.klonowski

about —
    news
    statement
    cv
    texts/press
    portfolio

    research

works (sélection) —
SOME PAGES R STILL
                        UNDER CONSTRUCTION
        =)


texts —
    ➫ carinklonowski.hotglue.me


performances —
    Owl’s lament x superharpsichord.tidal
    AAA dans le pan-spectacle
    FAISCEAUX SUR LA SIERRA NEVADA
    TLCD
    Prime Time

installations —
    Kaepora Gaebora’s
    Dormant
    Thinking like a fake stone
    ▮ ▮ ▮ ▮
    TLCD
    What_Lies_Beneath_FL
    HO GOD NO Where did spectrum go ?!
    NIGHTBREAKER
    nuit / stereo
    Relax Good Breathe
    FLARE / flare
    TOTAL ÉCRAN
    Tell me a story, When night falls

objects —
    HS
    Vidéoprojecteur
    Projecteur

videos —
    The Den of the Sun (Los Santos)
    Tell me a story, When night falls
    Sans titre (Horizon 2)
    Before Sun Sets
    The Impossible Project

url —
    #alixdesaubliauxcarinklonowski
    date.gif
    Un jour sans fin
    img214270416.jpg
    Plus ou moins midi

prints_photos —
    vanitas
    255, 255, 255
   
    Trappist I & II
    Coucher de soleil à Nice, l’été
    The Back of Heineken

publishing —
    SPRAY S/ O:SAMPLE
    CAPTIVE room
    Amazing timelapses videos
    Horizon
    U.F.O
    The Event
    L.A. Stories




Mark
The Back of Heineken
tirage argentique couleur contrecollé sur dibond, 203,2 x 55,88 cm, 2014,
work under ccc license, collection FRAC Poitou-Charentes


vues d'exposition : 'Diorama’, FRAC Poitou-Charentes, Angoulême, 2017  — ‘Copie Copains Club gets physical’, Fondation Vasarely, Aix-en-Provence, 2014 / photographies : Richard Porteau, FRAC Poitou-Charentes —  Gamerz

” [Heineken], c’était en fait d’abord un paysage que je pouvais voir de [la] fenêtre [du train]. Je le considérais comme un indicateur météorologique. Je savais, en regardant dehors, que si je pouvais voir le panneau, la journée serait belle et le ciel dégagé. Je le regardais tous les jours. Je l’ai regardé si souvent et si longtemps  que j’ai fini par en faire un paysage.”

Ed Ruscha, ”Walter Hopps et Ed Ruscha, qui se connaissent depuis plus de trente ans, s’entretiennent le 26 septembre 1992”, Ed Ruscha : Huit textes, Vingt-trois entretiens, 1965-2009, Préface de Jean-Pierre Criqui, Trad. Fabienne Durand- Bogaert, Zurich : JRP Ringier, Paris : La Maison Rouge, Fondation Antoine
de Galbert, 2010, p. 227.