Carin Klonowski


welcome 2 carineklonowski.net —
artist, researcher @ESACM
@Constallationss and @WMAN
curator @syndicatmagnifique
and publisher @sun7editions
︎ carine.klonowski@gmail.com
︎ @c.klonowski

about —
    news
    statement
    cv
    texts/press
    portfolio

    research

works (sélection) —
SOME PAGES R STILL
                        UNDER CONSTRUCTION
        =)


texts —
    ➫ carinklonowski.hotglue.me


performances —
    Owl’s lament x superharpsichord.tidal
    AAA dans le pan-spectacle
    FAISCEAUX SUR LA SIERRA NEVADA
    TLCD
    Prime Time

installations —
    Kaepora Gaebora’s
    Dormant
    Thinking like a fake stone
    ▮ ▮ ▮ ▮
    TLCD
    What_Lies_Beneath_FL
    HO GOD NO Where did spectrum go ?!
    NIGHTBREAKER
    nuit / stereo
    Relax Good Breathe
    FLARE / flare
    TOTAL ÉCRAN
    Tell me a story, When night falls

objects —
    HS
    Vidéoprojecteur
    Projecteur

videos —
    The Den of the Sun (Los Santos)
    Tell me a story, When night falls
    Sans titre (Horizon 2)
    Before Sun Sets
    The Impossible Project

url —
    #alixdesaubliauxcarinklonowski
    date.gif
    Un jour sans fin
    img214270416.jpg
    Plus ou moins midi

prints_photos —
    vanitas
    255, 255, 255
   
    Trappist I & II
    Coucher de soleil à Nice, l’été
    The Back of Heineken

publishing —
    SPRAY S/ O:SAMPLE
    CAPTIVE room
    Amazing timelapses videos
    Horizon
    U.F.O
    The Event
    L.A. Stories




Mark
The Den of the Sun (Los Santos)
machinima, 12’05”, 2016


à voir aussi sur : http://whitescreen.jeunecreation.org/2016/


« […] l’oeuvre de Carine Klonowski propose de suivre le coucher du soleil dans les arcanes du jeu GTA. Prostré devant la plage de Los Santos, moteur et radio alumés sur une piste diffusant un son hip hop en boucle, l’artiste révèle l’envers du décor plus cinématographique que vidéoludique. Ici, les variations chromatiques et atmosphériques composent des environnements empreints d’un certain romantisme trash. Revisité au sein d’un dispositif immersif simulant le rêve hollywoodien comme l’univers Gangsta, l’imaginaire du coucher de
soleil recouvre le kitsch des cartes postales, tandis qu’il évoque une esthétique de l’imperceptible. […] la posture se veut moins contemplative qu’une tension
maintenant le récit au travers de micro-évènements : ceux de passants tournoyant autour de la voiture ou téléphonant. Or si ces derniers avaient pour fonction de remplir l’espace, de lui donner l’air du réel, le semblant n’apparaît que plus vrai. »

Marion Zilio, extrait de SketchUp / Down Code. Une esthétique de l’épuisement, 2016