Carin Klonowski


welcome 2 carineklonowski.net —
artist, researcher @ESACM
@Constallationss and @WMAN
curator @syndicatmagnifique
and publisher @sun7editions
︎ carine.klonowski@gmail.com
︎ @c.klonowski

about —
    news
    statement
    cv
    texts/press
    portfolio

    research

works (sélection) —
SOME PAGES R STILL
                        UNDER CONSTRUCTION
        =)


texts —
    ➫ carinklonowski.hotglue.me


performances —
    Owl’s lament x superharpsichord.tidal
    AAA dans le pan-spectacle
    FAISCEAUX SUR LA SIERRA NEVADA
    TLCD
    Prime Time

installations —
    Kaepora Gaebora’s
    Dormant
    Thinking like a fake stone
    ▮ ▮ ▮ ▮
    TLCD
    What_Lies_Beneath_FL
    HO GOD NO Where did spectrum go ?!
    NIGHTBREAKER
    nuit / stereo
    Relax Good Breathe
    FLARE / flare
    TOTAL ÉCRAN
    Tell me a story, When night falls

objects —
    HS
    Vidéoprojecteur
    Projecteur

videos —
    The Den of the Sun (Los Santos)
    Tell me a story, When night falls
    Sans titre (Horizon 2)
    Before Sun Sets
    The Impossible Project

url —
    #alixdesaubliauxcarinklonowski
    date.gif
    Un jour sans fin
    img214270416.jpg
    Plus ou moins midi

prints_photos —
    vanitas
    255, 255, 255
   
    Trappist I & II
    Coucher de soleil à Nice, l’été
    The Back of Heineken

publishing —
    SPRAY S/ O:SAMPLE
    CAPTIVE room
    Amazing timelapses videos
    Horizon
    U.F.O
    The Event
    L.A. Stories




Mark
nuit / stereo
installation (vidéoprojection en boucle sur film étirable noir, son en boucle, vidéo en boucle sur ordinateur portable ), 2017


vues d'exposition : 'Nightbreaker', atelier 300CE, Ivry-sur-Seine, 2017 / photographies : Carin Klonowski & Etienne François

Deux halos qui s’agitent - les paroles d’une chanson - une boucle de synthétiseur carillonnant. Trois éléments dissociés : le premier projeté sur du cellophane (lumière aqueuse, huileuse), le second sur l’écran d’ordinateur (sous-titres d’un film absent), le dernier plus ambiant (la B.O. du film ?) - qui communiquent. Déjà parce que tout sort du même ordinateur, et surtout parce qu’à eux trois, ils créent une bribe de récit, tension cinématographique.

Une scène de nuit, seulement éclairée par deux phares, variété à fond à l’autoradio... et un évènement latent, que seule la musique annonce.