Carin Klonowski


welcome 2 carineklonowski.net —
artist, researcher @ESACM,
curator @syndicatmagnifique
and publisher @sun7editions
︎ carine.klonowski@gmail.com

about —
    news
    statement
    cv
    texts/press
    portfolio


works (sélection) —

texts —
    ➫ carinklonowski.hotglue.me


performances —
    Thinking like a fake stone
    AAA dans le pan-spectacle
    FAISCEAUX SUR LA SIERRA NEVADA
    TLCD
    Prime Time

installations —
    ▮ ▮ ▮ ▮
    TLCD
    What_Lies_Beneath_FL
    HO GOD NO Where did spectrum go ?!
    NIGHTBREAKER
THIS PART IS STILL
                        UNDER CONSTRUCTION
        =)

    nuit / stereo
    Relax Good Breathe
    FLARE / flare
    TOTAL ÉCRAN
    Tell me a story, When night falls
    Vidéoprojecteur
    Projecteur

videos —
    The Den of the Sun (Los Santos)
    Tell me a story, When night falls
    Sans titre (Horizon 2)
    Before Sun Sets

url —
    #alixdesaubliauxcarinklonowski
    date.gif
    Un jour sans fin
    img214270416.jpg
    Plus ou moins midi

publishing —
    SPRAY S/ O:SAMPLE
    CAPTIVE room
    Amazing timelapses videos
    Horizon
    U.F.O
    The Event
    L.A. Stories

others —
    carboglass clair
    Trappist I & II
    The Back of Heineken


Mark

Dimanche soir à la maison, on joue à GTA V avec Etienne et Simon. J’ai la manette, alors plutôt que de buter gratuitement des PNJ, je vais voir le coucher de soleil à Del Pierro Beach. C’est dingue à quel point les développeurs bossent le rendu des lumières dans les jeux vidéos. Quinze minutes de modulations lumineuses, de brumes et dégradés de couleurs à te couper le souffle. L’emphase en moins, c’est un peu l’expérience paysagère du no life.

Les plombs sautent - on n’a pas la terre. Le vidéoproj se rallume, pas la console : écran bleu, « aucun signal ». Le LCD perd ses pixels - de plus en plus de points blancs sur la projection, d’ici deux mois on n’y verra plus rien.

Du coup on passe du coucher de soleil au ciel étoilé, comme quoi les installations électriques foireuses et l’obsolescence programmée, ça a du bon. J’ai vu un Friedrich dans GTA, et on aura bientôt un Malevitch 2.0 dans le salon.

Minuit passée et je peine à trouver le sommeil. Ma nuit est hantée par le spectre coloré, mes rêves habités d’images fantômes, d’ombres, rémanences et persistances rétiniennes. Trop d’ondes, de wifi et de temps à scotcher sur les écrans… Heureusement, j’ai des pierres et des cristaux pour me protéger contre cette veille hallucinatoire. Je peux enfin récupérer… inspirer, expirer… okay.

Demain on prendra la Mercedes d’Etienne, on écoutera Drexcyia sur le boulevard périphérique en se croyant dans Blade Runner. Vraiment c’est ce genre d’ambiance - une espèce de bouillie de pluie de lumières et de béton, le tout crûment scandé par des tags et des enseignes.

La vision indistincte et la pensée erratique, tout ça se mélangera plutôt bien. On verra si ça a du sens dès lors que c’est écrit sur un mur, ou si ça pique les yeux une fois projeté sur un pare-soleil.